Partagez | 
 

 Encore un matin ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Anna Klarsmann


avatar

Féminin
► Messages : 31


Vos papiers, svp !
► Âge: 19 ans
► Amour:
► Relations:

MessageSujet: Encore un matin ...   Mer 7 Déc - 12:56

Un matin particulier ...
Pourquoi ? Et bien parce que ce matin là Anna se réveilla avec des souvenirs !
Comment est ce possible ?

Le chagrin qu'elle avait ressentie face a cette arrêt de bus avait peut être était plus important que ce qu'elle avait imaginer ?
Une chose était sur ...

Aujourd'hui
Dimanche elle n'allait pas attendre que ce maudit transport vienne la chercher , non elle allait marcher le long de la ville .
Observant chaque recoins , certes cela prendra plus de temps , mais elle s'en fichait . Tout se qui importait , c'était qu'elle voie ce Jardin zen. Machinalement , elle se leva lorsque retentit son radio-réveil. Une musique familière passait elle le savait, pourtant ce n'était que la deuxième fois qu'elle se réveillée ici .

Elle n'avait jamais vraiment vu cette appartement , mais elle y habitait. A moins que ? Anna arrêta son radio-reveil passa sa tête dans l'entrebâillement d'une porte, l'appareil en main. Silencieuse, elle arpentait la maisonnette, ou du moins le grand appartement. Une habitation apparemment bien à elle et dépourvus de tous autres spécimens. Elle observa les cadres photos posée sur le rebord de l'étagère des photos d'elle, d'elle et encore d'elle. Il n'y avait personne d'autre, une chose était sur Anna se trouvait resplendissante sur chacun de ses petits bouts de papier colorés. Un sourire radieux illuminée à merveille sont doux visage, un visage angélique.

Toujours visitant son appartement, comme si elle ne le
connaissait pas Anna chipa dans un placard un paquet de gâteau. Ses petits pieds nus, tapotaient sur le carrelages froids. Elle s'enfonça un peu plus, dans la cuisine, se dirigea vers un placard en hauteur et en sortie une tasse. Elle laissa le radio-réveil sur la table puis, versa un peu de lait dans sa tasse, ainsi que de la poudre cacaoté. Certes, elle n'avait pas l'impression de connaitre cette appartement. Mais ses réflexes inconscients eux, prouvaient que si.

Depuis quand était elle ici ?

Elle chercha dans sa petite maison, le petit calepin ou elle avait noter tous le déroulement de ses expéditions. A chaque trajets en bus, elle le sortait noter sa
destination, puis le rangeait soigneusement. Elle se rappelle, l'avoir fait tomber, un jour, au pied d'un homme très aimable. Anna avait essayer de discuter avec lui , mais son japonais médiocre
était très handicapant . Heureusement , elle avait progresser depuis cette rencontre. Elle continua de chercher son petit calepin , mais rien ...

Premier tiroir à gauche , à droite ? Deuxième alors ?

Une deuxième sonnerie retentit , Anna sauta sur le petit appareil gris métallique et rouspéta
" Zut et zut ... vite vite à la douche "
Elle avala d'un trait sa tasse de lait chocolat et entra en trombe dans sa salle de bain . Il ne fallait pas partir trop tard , si la jeune
allemande ne voulait pas avoir à réserver une nuit dans un hôtel .
Surtout qu'elle n'en avait pas vraiment les moyens
.

Une heure plus tard

La voila fin prête à quitter son appartement .
Elle descendit les étroits escaliers de l'immeuble et arriva devant une
porte . Elle franchisa le seuil , puis se retrouva au centre de la ville Meian .
Il n'y avait pas foule je dirais
même que la ville était déserte .
Seul le vent pourrait accompagner Anna
dans sa longue marche ...


Anna posa un pied devant elle, quand elle aperçue, du coin de l’œil, sur sa gauche une jeune fille. Elle qui n'avait pas vu âmes qui vivent, depuis maintenant deux jours, s’arrêta. Elle posa ses yeux sur l'inconnue et se dirigea machinalement vers elle. Quand enfin, elle arriva près de celle-ci. Elle se contenta de fermer les yeux, baisser la tête et prononcer un timide
" Bonjour ".
Tout cela en continuant sa route.
Son Japonais étant encore légèrement mauvais elle ne voulait pas se ridiculiser en abordant quelqu'un dans la rue. Elle préféra donc, une simple formule de politesse à un grand discours. Elle releva ensuite la tête observant la rue face à elle, une rue qui ne menait pas du tout là où elle le souhaitait. Anna haussa les épaules, puis fit demi-tour repassant au coté de la jeune inconnue.

Revenir en haut Aller en bas
Amy Wentworth

avatar

Féminin
► Messages : 42


Vos papiers, svp !
► Âge: 22 ans
► Amour: Ba y a personne
► Relations:

MessageSujet: Re: Encore un matin ...   Mer 7 Déc - 16:51

    Humm... quelle horrible sensation de se réveiller assise sur une chaise. La dureté du bois était un véritable calvaire pour mon pauvre petit corps. Encore une fois je m'étais assoupie, non plutôt endormie, sur ma machine à écrire. J'avais torturé une fois de plus ma misérable imagination. Depuis combien de temps je n'avais pas réussi à écrire digne de ce nom, trop longtemps à mon goût. Dans un accès de rage je me relevais brusquement de ma chaise, laissant au passage une voilée de feuilles noircies s'élevaient dans les airs pour retomber lestement sur le sol, déjà bien encombré. Jamais, enfin pour l'instant, je ne chercherais pas à les ramasser, après tous ce n'est pas ces quelques misérables morceaux de papiers qui vont rendre cet endroit moins bordélique. D'un pas lourd et nonchalant je me dirigeais vers ma cafetière, où il restait un fond de la veille. Ce breuvage amer et plus que rassis allait amplement me suffire et pour dire, je le bus d'une traite, sans chercher à masquer une horrible grimace.

    Le silence ennuyant remplissait l'atmosphère, m'étais insupportable. Machinalement j'attrapais mon paquet de cigarette et mon briquet. Bizarrement je trouvais que l'emballage était étonnamment léger, d'un oeil intrigué je le secouais vivement. Aucun bruit. J'ouvris d'une main tremblante le paquet et lorsque je vis l'intérieur, un horrible soupire emplissait la pièce. Mon dernier paquet était vide. Non c'était impossible, je devais avoir rapidement ma dose de nicotine, j'étais tel un junkie. Retournant la moindre parcelle de ma garçonnière, je recherchais frénétiquement un vieil emballage, espérant trouver le Saint Graal, non mon Saint Graal. Après une dizaine de minutes, mon appartement était encore plus en désordre et mon moral quant à lui était au plus bas.

    Rapidement je me dirigeais vers la salle de bain pour faire un rapide brin de toilette. Lorsque je rencontrais le miroir au-dessus du lavabo, je me rendis compte que j'avais une tête à faire peur. Les cheveux en pétard, des cernes à en faire peur et une autre multitude de petits détails, réussir à me donner froid dans le dos. M'aspergeant le visage à grandes eaux, je remarquais que celle-ci était glacée. Encore une fois j'avais oublié de payer ma facture, une de mes mauvaises habitudes à ajouter sur la liste. M'essuyant le visage, j'essayais de me remémorer ce qu'il restait dans mon frigidaire, plus grand-chose certainement, je devais faire des courses. D'un geste sûr, j'appliquais un peu d'anticerne, un trait d'eye-liner et un zeste de blush, pour enfin réussir à avoir un résultat sortable. Attrapant une robe chiffonnée perchée sur le porte manteau, j'essayais tant bien que mal de l'enfiler et surtout de la fermer. Quelle idée de mettre une fermeture éclair dans le dos, un véritable instrument de torture pour réussir à l'atteindre et pour la remonter.

    Hnfin bref, il m'avait fallu presque une vingtaine de minutes pour être dehors. Tout en fermant la porte de mon chez moi, je réfléchissais pour savoir s'il ne me manquait rien. Chaussures, ok, veste en cuir, ok, mon sac, ok, de l'argent et mes clefs, ok. Tout étaient en ordre, j'étais enfin prête pour filer au débit de tabac et au marché. Je descendis prestement les marches de l'escalier, pour atterrir au rez de chaussée en un bon gracieux. Je savais exactement où je devais aller pour avoir ma dose de nicotine. Dix-huit pas droits devant moi, pousser la grande porte de l'immeuble, descendre trois petites marches, ensuite tourner à droite et faire une trentaine de mètres pour apercevoir mon paradis.

    L'établissement était désert, d'accord je pouvais comprendre qu'il n'y a pas de clients, mais je trouvais inconcevable qu'il n'y ait personne derrière le comptoir. J'attendis quelques secondes, le silence était pesant, rien ni personne ne se manifestait. Sans chercher à comprendre, j'enjambais le comptoir en un mouvement aérien, pour retomber sur mes deux pieds de l'autre côté. Pour la première fois de vie je me mis à voler et pas qu'un peut. Ouvrant mon sac, je fis glisser une dizaine de paquet de cigarette. Tournant la tête vers la caméra de surveillance, je lui tirais une magnifique grimace accompagnée d'un geste désinvolte. Je pouvais enfin sortir de là, l'adrénaline me submergeais et laisser entre percevoir un sourire de satisfaction au coin de ma bouche.

    M'allumant enfin ma première cigarette de la journée, je me dirigeais vers le centre-ville, pour aller au marché. J'avais ma dose de nicotine, il s'agissait pour l'instant du meilleur moment de ma journée. Au détoure d'une rue, j'aperçue à ma droite une jeune femme, celle-ci avait l'air pressée. Les yeux fermés et la tête baissée elle m'offrit une rapide salutation, un simple « bonjour ». Sur le coup je n'avais pas réagi et la jeune femme continua sa route. La vue de cette première âme vivante m'avait presque statufiée, laissant seulement mon regard suivre ses mouvements. A un moment donné sur sa route, la jeune femme releva la tête et haussa les épaules avant de faire demi-tour. Une nouvelle fois la jeune m'avais doublé. Me secouant vivement la tête, je me mis à la suivre d'un pas pressé en espérant pour la rattraper. Peine perdue, elle était plus rapide que moi, ne me laissant plus qu'un choix. L'appeler, c'est ce que je fis en m'égosillant la voie.

    « Hey... Hey!! Attend! Arête toi! »
Revenir en haut Aller en bas
Anna Klarsmann


avatar

Féminin
► Messages : 31


Vos papiers, svp !
► Âge: 19 ans
► Amour:
► Relations:

MessageSujet: Re: Encore un matin ...   Jeu 8 Déc - 9:18

Anna décida de reprendre son chemin, s'en vraiment comprendre cette envie de croiser quelqu'un. Comme-ci sa vie pouvait en dépendre, comme si elle venait de découvrir pour la première fois, une espèce identique à la sienne. Elle porta une main a son menton, afin de mieux réfléchir. Il est vrai qu'elle n'avait aucun souvenir d’âmes qui vivent. Elle n'avait même aucun souvenir du tout, mis à part sa journée d'hier. Pourtant, elle trouvait cela moins inquiétant, que de ne rencontrer personne. Enfin, à présent la question ne se poser plus, vu qu'une jeune fille lui courait après en disant : « Hey... Hey!! Attend! Arête toi! »

La jeune femme semblait s’époumoner.

Sa voix était essoufflée, légèrement cassée, Anna s’arrêta alors, se posant des questions sur cette interpellation étrange. Elle avait comme l'impression que cette rencontre était une surprise pour les deux personnes. L'inconnue était peut-être également seule depuis longtemps. Anna secoua la tête, il ne fallait surtout pas raconter cela à n'importe qui. Au risque de passer pour une véritable folle. Peut-être que cette jeune fille n’était tous simplement pas d'ici elle aussi et qu'elle cherchait quelque chose en particuliers !

Anna se tourna en direction de son interlocutrice, la salua de nouveau, mais avec une main et un sourire. " Vous cherchez quelque chose ? " dit elle.

Elle profita de l’écart entre elles, pour observer un peu la jeune fille face à elle.
Une fille aux cheveux clairs, coupés carré, de léger frisotis et une frange cachant ses jolies yeux. Deux iris bleus, un bleu différent à celui que Anna porte. Celui de cette fille est plus intense, un bleu légèrement marine. Anna quant a elle, en a un plus doux, couleurs ciel.

[center]En parlant du ciel, celui-ci était aussi resplendissant que le regard de Anna. La journée était belle, Anna était impatiente de pouvoir se balader dans un coin plus fleurit. De voir, des étalages de fruits et légumes. De sentir le parfum des fleurs émanant des boutiques spécialisés. Sentir le pain chaud, des croissants sortant du four à bois. Elle habitait du mauvais coté de la ville et ses réveils étaient bien moins exaltant. Elle pensa alors à faire un tour sur la place du marché, ce n'est peut être pas le bon jour, mais les boutiques seront surement ouverte. Elle glissa une main en poche, afin de vérifier si elle avait, de quoi s'acheter une petite douceur. Heureusement a son habitude elle laisser toujours une piécette trainer dans ses jeans pour prendre son bus.
Revenir en haut Aller en bas
Amy Wentworth

avatar

Féminin
► Messages : 42


Vos papiers, svp !
► Âge: 22 ans
► Amour: Ba y a personne
► Relations:

MessageSujet: Re: Encore un matin ...   Jeu 8 Déc - 18:51

    Mon interpellation avait eu l'effet escompté. Dès que j'ai eu fini ma phrase, la jeune femme que je poursuivais s'arrêta net. En une fraction de seconde, le temps était comme suspendu et il ne reprit son rôle que lorsque la femme qui se tenait devant moi venait de secouer la tête. Son geste était plus significatif que ce qu'il ne paraissait, une impression de solitude, de peur et de folie mélanger s'émanait d'elle. Mais pourtant en un instant elle se retourna vivement, d'un coup sec et se retrouva en face de moi, sa futur interlocutrice. La jeune femme me saluait encore une fois, un discours simple et pourtant amplement suffisant, mais sa salutation cette fois était accompagnée d'un magnifique sourire sincère et d'un signe de la main. Puis peu de temps après elle me questionna.

    « Vous cherchez quelque chose ? »

    Une simple phrase et pourtant tellement significatif. La jeune femme se tenait à peine à un mètre, ou deux tout au plus. Une sorte de petit jeu s'était installé tout naturellement entre nous, l'observation. A près tous je n'avais pas vue la moindre âme humaine depuis des lustres, mis à part mon frère, à croire qu'une sorte de virus avait tué tout le monde, ou bien qu'une sorte de bombe nucléaire avait décimé la population entière. Quesque j'en sais moi, je suis écrivaine pas scientifique, ni politicienne. Au premier regard je m'étais rendu compte qu'elle n'était pas une native. Après tous avait vous déjà vu quelqu'un dans un pays asiatique, ou presque tout le monde se ressemble, une jolie blonde, non elle avait un magnifique blond vénitien, avec des yeux bleus, totalement différent des miens, ils étaient identiques à un ciel d'été. Lorsque qu'elle m'avait adressé son petit message, je m'étais rendu compte tout autant qu'elle n'était pas d'ici, mon interlocutrice avait un magnifique accent, non pas d'outre-Atlantique, mais plutôt de la bonne et vielle Europe, certainement un pays slaves, pourquoi cette idée ? Je m'imaginais certainement qu'elle venait de l'un de ces pays, à cause de son dure et pourtant mélodieux qui s'échappait à la fin de chacun de ces mots. La jeune femme était plus petite que moi, peut être une demi-tête de moins, un véritable petit corps frêle en apparence et pourtant elle m'avait tout l'air d'être une boule de nerfs, peut-être à cause d'une musculature dissimulée ou bien d'un bon port de tête. Enfin bref, je n'allais tout de même pas m'éternisais pendant un siècle pour la détailler, je devais rapidement lui répondre si je ne voulais pas passer pour une folle ou pour une hystérique.

    « C'est assez compliqué. Comment dire cela sans passer pour une folle ? Trouvais-vous sa normal que personne ne s'occupe pas des magasins ou bien se promène dans la rue ? A moins que je sois totalement devenue un ermite et qu'il s'agit d'une nouvelle mode ou bien d'une nouvelle loi. »

    Et voilà comment avec un simple speech, j'avais certainement réussit à faire croire à mon interlocutrice que je devais être une désaxée, une aliénée. La honte commençait à s'emparer de moi, un léger rougissement s'emparait de mes joues, rehaussant mon maquillage. D'un geste presque mécanique ou bien par pure défense, je sortais mon paquet de cigarette de la poche de ma veste en cuir, ainsi que mon briquet. Avec une main tremblante j'en délogeais une cigarette, mon saint Graal qui allait de me délivrer une bonne dose de nicotine. La clope au bec, j'allumais celle-ci avec mon zippo, dès lors ma première bouffée de tabac s'évaporait dans tout mon organisme délivrant une centaines de messages de bien-être. Il me fallut attendre une voire deux bouffées de fumée pour ranger mon paquet ainsi que mon briquet dans la poche de ma veste. Alors que le bien-être s'était emparé de moi, une question surgit dans mon esprit. Et si les étales du marché étaient aussi déserte que le débit de tabac ? Cela voudrait dire que qu'un jour ou l'autre on manquerait de fourniture, de drogues, d'alcool, de nourriture et j'en passe. Cette idée quoique saugrenue avait pourtant été plus forte que ma drogue et avait réussir à me faire échapper un horrible soupire mêlée d'un grognement de douleur.
Revenir en haut Aller en bas
Anna Klarsmann


avatar

Féminin
► Messages : 31


Vos papiers, svp !
► Âge: 19 ans
► Amour:
► Relations:

MessageSujet: Re: Encore un matin ...   Lun 12 Déc - 12:16

« C'est assez compliqué. Comment dire cela sans passer pour une folle ? Trouvais-vous sa normal que personne ne s'occupe pas des magasins ou bien se promène dans la rue? A moins que je sois totalement devenue un ermite et qu'il s'agit d'une nouvelle mode ou bien d'une nouvelle loi. »

Les mots de la jeune fille résonnèrent un bon moment, dans la tête de
notre petite blonde. Comment étais-ce possible, comment toute une ville
avait elle put disparaître sans laisser de trace. Comment ne pas avoir remarqué leurs disparitions. Pourquoi avoir échappé à cette évacuation soudaine.Y avait-il un virus propager dans la ville ? Peut-être étais-ce la cause de se vide. Un frisson parcouru Anna, devait elle faire part de ses pensés à son tour ? Au risque d'affoler
cette inconnue pour rien ? Elle commença à frémir, rien que d'imaginer
qu'il pouvait y avoir un virus, que peut-être elle pouvait y laisser sa
peau ... C'était hélas, la seule explication rationnelle, qu'elle
pouvait donner à cette situation plus qu'étrange ! Ses lèvres
s'entrouvrirent, pour laisser échapper un simple " Merde "


Elle laissa ses yeux se noyer dans le bleu océan de son interlocutrice, laissant sa phrase ainsi, en suspend. Elle se frotta le front à la recherche d'une autre explication. Elle se pencha alors sur les explications de la jeune brunette. Cela était impossible, il y avait parfois des programmes politiques à la radio, si un couvre-feu avait était instauré pendant la journée Anna s'en serait souvenue, même si elle avait oublié bon nombre de chose. Quant à cette idée de mode, qui aurait idée de suivre une mode aussi stupide. Sachant que les humains sont accrocs à leurs semblant de liberté, pourquoi se privait ainsi de sortir. Le problème était différent, un problème de taille apparemment ...
Il fallait utiliser une radio prévenir le reste du monde. Les médias viendraient en masse, parler de ces disparitions soudaines et de nos deux rescapés. En gros titre on lirait
" Anna Klarsmann la jeune Allemande qui a permis de retrouver toute une ville "
.
" Une radio " dit elle soudainement ...

Sans même parler de ses idées.
Elle prit la main de la jeune inconnue et lui lança

" suis-moi, je sais que l'on ne se connaît pas, mais tu dois me faire confiance "
. Avant de tirer sur l'avant bras de la jeune fille, elle aurait aimé que celle-ci acquiesce, mais le temps manquait et Anna fonça tête baissée. Tenant l'inconnu par le poignet, elle se dirigeait vers la place centrale de la ville. Parfois elle jetait des coups d’œil en arrière, voir si sa nouvelle compagnie allait bien. Le bruit du vent dans ses oreilles l’empêcher de distinguer les soufflements, les paroles... Elle ne savait pas vraiment ce qu'il se passait derrière. Bien trop concentré a atteindre son but.

Ses jambes s'activaient, ses cheveux flottaient dans le vent. Elle s'enfonçaient dans la ruelle, toujours tenant la jeune inconnue. N’écoutant pas le moins du monde ce qu'elle pouvait bien lui dire. Puis elle stoppa net sa course, afin de reprendre son souffle. Elle lâcha la brune se dirigea vers un mur et se laissa glisser le long de celui-ci. " j'en peux plus " lança elle entre deux souffles. Anna avait oublier que la ville n’était pas a coté et qu'elle n’était pas championne olympique du 100metres courses.
Revenir en haut Aller en bas
Amy Wentworth

avatar

Féminin
► Messages : 42


Vos papiers, svp !
► Âge: 22 ans
► Amour: Ba y a personne
► Relations:

MessageSujet: Re: Encore un matin ...   Lun 12 Déc - 21:32

    Au début je ne prêtais gère attention à la jeune femme blonde devant moi, mon esprit menait un combat intérieur où s'opposait mon besoin de nicotine et mes pensées saugrenue. Malgré le fait que j'avais une cigarette allumée au coin de la bouche et que j'en tirais régulièrement de longue bouffée, j'étais en manque. Franchement je vais commencée à croire que ce n'était plus du tabac qu'il metter dedans, mais de la flotte et puis qui a idée de fabriquer une cigarette d'à peine quelques millimètres. Plus le temps passé et plus je commençais à croire que mes paroles étaient vraie. J'allumais la flamme de mon briquet et mes yeux se posèrent dessus, le rougeoiement incessant du feu m'hypnotisait et accompagnait ma réflexion. Depuis combien de temps n'avais-je pas vue quelqu'un ? Je ne sais pas trop, hier j'ai passé la journée avec Aaron, mon grand-frère et aujourd'hui je rencontre cette pauvre fille paumée, mais que c'était-il passé avant ? Je ne sais pas, je n'en ai aucune idée. Est-ce que je suis en train de rêver ? La seule chose que je trouvais à faire pour avoir réponse était d'approcher la flamme de mon zippo sur la paume de ma main. Une seconde, deux secondes, puis trois, quatre je crois bien que ce n'est qu'à la septième seconde que je commençais à réagir, un léger ressentiment de douleur se propager sur l'endroit où je venais de mettre la flamme. En une fraction de microseconde, je battais ma main dans tous les sens, esquissant une grimace de dégoût, ma clope tomba de ma bouche pour se retrouvais propulser dans les airs et atterrie au sol dans une vieille flaque d'eau, où elle s'éteignait un instant laissant un petit chuintement s'échappait derrière elle. Un nouveau grognement se fit émettre de ma bouche, avant d'être recouvert par ma main brulée. Profitant de la situation je m'appliquais de lécher avec minutie le moindre coin et recoin de chaque centimètre carré de peau rougie.

    Il devait être environ dix heures moins vingt et je commençais à entamer ma troisième ou deuxième cigarette, je n'en suis plus tellement sûr et voilà que je commençais à perdre la mémoire, il ne manquait plus que ça ! Une fois de plus je recommençais mon petit rituel, sortir, tapoter, prendre, allumer et ranger, quelques simples petites actions qui peuvent me faire monter au septième ciel, entre guillemet, car oui il existe d'autre façon de me faire atteindre le plaisir, mais là en ce moment ce n'est pas le temps. Pour la seconde fois mon regard se posait sur la jeune femme blonde et magnifique yeux bleus, malgré le fait que ma vision était un tout petit peu brouillé par ma fumée de cigarette, j'arrivais à entre percevoir une sorte de frisson, de peur ou de dégoût, je n'en ai aucune idée, mais celui-ci s'intensifiait au cours des secondes suivantes pour se terminer par une simple grossièreté, je crois qu'elle venait de dire merde ou un truc dans le genre, enfin bref passons. Tapotant sur l'extrémité de ma cigarette, une fine couche de cendre s'étalait sur l'asphalte, laissant au passage une mince traîné de résidu sur ma robe fleurie que je m'empressais d'époustoufler d'un revers de la main assez énergique. J'étais arrivée à un peu plus de la moitié de ma clope, lorsque je me rendis compte que mon regard venait de renter en contact avec mon interlocutrice plus que paniquée. Penchant ma tête sur le côté, je me suis mise à l'observer intensément oubliant totalement ma cigarette qui continuait de ce consumer au ralenti sans aucune aide. Cette jeune femme était réellement drôle, tellement que je commençais à croire qu'elle sortait tout droit d'un talk-show américain des années soixante-dix, au passage on n'en fait plus des comme ça et je trouvais ça bien dommage !

    Une véritable petite ingénue blonde aux yeux bleus, rien que déjà à sa elle collait à un stéréotype, mais ses gestes l'étaient encore plus. Elle se frottait le front tellement fort, qu'une légère rougeur commençait à se colorer sur celui-ci. Ses lèvres bien dessinées marmonnaient dans le vide, comme si elle répétait silencieusement et avec une telle détermination la moindre de ses pensées, réflexions ou bien encore chacune de ses idées. A un moment donné, je me rendis compte que le même mouvement revenait sans cesse, celui-ci était décomposé en deux temps et ils revenaient encore et encore et de plus en plus vite, tellement rapide qu'il me donnait l'impression d'avoir le tournis. Franchement j'en avais ral le bol, je ne pouvais plus supporter de regarder ces mimiques qui me donnaient des hauts le coeur. J'en profitais pour revenir à mes premiers amours, la nicotine que contenait ma cigarette, celle-ci était maintenant au trois-quarts. Ne me dite pas tout de même pas que j'ai regardé sa mini série en échange de deux bouffées ?! Hé bien si... Je me devais à tout pris de réparer cette injustice, posant le bout du mégot sur l'extrémité de mes lèvres, je remplissais mes poumons à fond cette douce odeur, si enivrante à vous en faire tourner la tête. Je ne cherchais plus à savoir à quoi pouvait penser la jeune femme, je profitais du temps qu'elle me laissait pour sortir de sa torpeur pour observer et remarquer que mes ongles étaient dans un sale état à force les ronger, encore une de mes mauvaises habitudes à ajouter à la grande liste déjà bien remplie de mes mauvais travers. Ma rêverie fut interrompue contre mon grès par une parole émise par mon interlocutrice blonde, « Une radio » avait-elle dit soudainement. Quel mot étrange, enfin non, mais dans ce contexte si !Où voulait-elle en venir ?! Je lui ai juste demandé si elle savait ce qu'il se passait ici et elle la maintenant elle me sort le mot « radio », je crois que je suis en face d'une folle tout droit sorti de l'asile, franchement j'aurais mieux fait de rester chez moi. Mon incompréhension se fit juste comprendre par un haussement de sourcil et une légère onomatopée.

    « Suis-moi. Je sais que l'on ne se connaît pas, mais tu dois me faire confiance »

    Voilà ce qu'elle venait de me lâcher droit dans les yeux et un quart de seconde elle me pris la main, la tenant d'une poigne de fer. Je n'avais pas eu le temps le temps de réfléchir ni de dire quoi que ce soit, mais maintenant je me retrouvais ballottée dans tous les sens, marchant contre mon grès comme un pantin. D'un geste mou ma cigarette s'échappait de ma main pour s'éteindre comme la précédente dans la même flaque d'eau, il devait bien me rester encore deux ou trois bouffées de cigarette, rien qu'à cette idée un grondement étouffé s'échappait de ma bouche déformée de colère. Mon interlocutrice venait de s'engouffrer dans une course folle, ses cheveux longs virevoltaient au grès du vent me frappant parfois au visage. Par intermittence la jeune femme aux yeux bleus me jetaient des coups d'oeil, pour voir si j'étais toujours vivante. Je n'avais aucune idée de l'endroit où elle voulait m'emmener ni de ce qu'elle voulait faire. La seule et unique chose dont j'étais sûr, c'est que j'avais le souffle coupé, franchement quelle idée de me faire courir un cent mètres ou bien même un marathon, en aucun cas je ne suis pas une sportive ! A votre avis si j'avais la moindre considération pour le sport ou bien encore pour ma santé, je ne fumerais pas clopes sur clopes ! Je voulais rendre toutes mes tripes en ce moment même ou encore mourir sûr le coup, tellement la douleur que je ressentais dans mes jambes ou encore dans ma poitrine étaient insupportable. D'un coup sec, la petite ingénue blonde tourna et s'enfonça dans une ruelle plus sombre et bien plus odorante que le lieu précédent, elle continuait encore sur une centaine de mètres et lorsque l'embouchure de la rue s'ouvrait devant nous, elle stoppa net, mais malheureusement ce ne fut pas mon cas.

    Toujours dans ma lancé, je n'arrivais pas m'arrêter sur le coup, la fin de mon avancer ne prit fin que lorsque mes deux pieds gauches commençaient à rentrer en collision. Je ne sais pas comment cela se produisit, mais en un quart de seconde je venais de me choir de tous mon poids sur mes pauvres genoux, qui au contact du bitume se retrouvaient maintenant écorchée à vif. Un véritable hurlement de douleur grondait en moi et dire que je n'avais pas fait une telle chute depuis bien longtemps, l'école primaire si je me souviens bien, voilà maintenant je sais pourquoi je n'aime pas courir ! J'ai deux foutu pieds gauches et j'ai horreur de voir des bleues ou bien des écorchures sur mon pauvre corps charnu ! Folle de rage je frappais de toutes mes forces sur l'asphalte noirci au fil du temps, laissant à chacun de mes martellements s'échappait un petit cri de douleur. Me relevant difficilement, je me décidais de rejoindre la blonde aux idées folles, d'un pas titubant je me dirigeais vers le mur et je me laissais choir sur mes fesses. J'essayais de toutes mes forces à reprendre mon souffle, avalant chaque bouffé d'air goulument et ce n'est que lorsque mon souffle je m'offris une cigarette bien mérité après cet effort. Je recherchais fébrilement mon attirail dans mon sac à main, mais avant d'allumer ma clope j'entrepris une grande tirade suite à la phrase de mon interlocutrice.

    « J'en peux plus ! »

    « Non, mais ça ne tourne pas rond dans ta pauvre tête ?! Franchement je te pose une merdique et simple question, non peut pas aussi simple, mais quand même ! Généralement les personnes censée, lorsque l'on leur pose une question, il y répondre et ne commence pas à entrainer des inconnues dans toute la ville sur des centaines de mètres et encore moins en courant ! Tu ne crois pas non ? Et voilà maintenant j'ai les genoux en compote ! Franchement je te jure, j'aurais préféré pas te répondre et encore moins de te questionner... Excuse-moi pour ma réaction mais j'ai eu une matinée de merde et je voulais juste pour avoir un paquet de clopes et m'acheter du café, mais voilà je suis allez au débit de tabac, mais il n'y avait personne ! Tu y crois sa ?! C'est un truc de malade, dire que j'ai ''cambriolé'' l'endroit que j'aime le plus au monde ! Je suis une grande malade ce n'est pas possible autrement... Au faite pourquoi tu m'as entrainé ici ? Je ne sais pas où on est et encore moins pourquoi sa pu autant ici et puis pourquoi tu as couru ? Au faite c'est quoi ton nom ? Moi c'est Amy, enchanté de te rencontrer, l'inconnue folle et rapide ! Bon sang de bonsoir je n'avais pas courue comme ça depuis des siècles !»
Revenir en haut Aller en bas
Anna Klarsmann


avatar

Féminin
► Messages : 31


Vos papiers, svp !
► Âge: 19 ans
► Amour:
► Relations:

MessageSujet: Re: Encore un matin ...   Jeu 15 Déc - 10:15

C’est en voyant valdingué son accompagnatrice dans le décor
qu’Anna réalisa sa folie. Se lancer ainsi dans une course rapide, accompagnée d’une inconnue, qui ne sait où elle est trainée. La jeune fille était tête face au goudron, les genoux ensanglantés. Celle-ci poussa un hurlement qui horrifia Anna à untel point qu’elle se blottit un peu plus contre le mur contre lequel elle était à présent en appuie. Sa position en fut moins confortable, mais Anna n’oser bouger par peur que sa simple présence accentue la colère de cette furie. « Furie » Anna savait peser ses
mots, elle voyait la jeune brune encastrer son poing dans le béton, continuant à crier. Cela recommença plusieurs fois avant que cette fille ne décide de se relever. Son allure était moins sûre, c’est boitillant qu’elle s’approcha de l’emplacement où se trouvait Anna qui déglutit bruyamment. Les deux jeunes filles se retrouvèrent assises l’une à côté de l’autre.
Un silence de plomb régnait autour d’elle, il fallait que cela cesse pensa Anna. Peut-être que cette idée n’était pas au gout de tout le monde, mais Anna ne pouvait s’en empêcher. Pendant que son accompagnatrice reprenait son souffle péniblement,
Anna entrouvrit les lèvres … Aucun son ne s’autorisa à sortir de sa bouche. Elle la referma alors, ferma les yeux un instant, puis laissa échapper ses quelques mots

«J'en peux plus ! »

Quand elle ré-ouvrit les yeux, la brunette fouinait à l’intérieur de son sac. Anna n’avait pas besoin de la connaitre pour savoir ce qu’elle cherchait. Il lui avait fallu peu de temps pour s’apercevoir qu’elle était en présence d’une fumeuse compulsif. On aurait pu la classer en tant que toxicomanes, mais cela ne serait pas très poli. Malgré cela elle n’avait pas l’air si méchante que cela, peut-être
un peu nerveuse, mais rien de bien grave, enfin …


« Non, mais ça ne tourne pas rond dans ta pauvre tête ?!
Franchement je te pose une merdique et simple question, non peut pas aussi simple, mais quand même ! Généralement les personnes censée, lorsque l'on leur pose une question, il y répondre et ne commence pas à entrainer des inconnues
dans toute la ville sur des centaines de mètres et encore moins en courant ! Tu ne crois pas non ? Et voilà maintenant j'ai les genoux en compote ! Franchement je te jure, j'aurais préféré pas te répondre et encore moins de te questionner...

Excuse-moi pour ma réaction mais j'ai eu une matinée de merde et
je voulais juste pour avoir un paquet de clopes et m'acheter du café, mais voilà je suis allez au débit de tabac, mais il n'y avait personne ! Tu y crois ça ?! C'est un truc de malade, dire que j'ai ''cambriolé'' l'endroit que j'aime le plus au monde ! Je suis une grande malade ce n'est pas possible autrement... Au
faite pourquoi tu m'as entrainé ici ? Je ne sais pas où on est et encore moins pourquoi sa pu autant ici et puis pourquoi tu as couru ? Au faite c'est quoi ton nom ? Moi c'est Amy, enchanté de te rencontrer, l'inconnue folle et rapide! Bon sang de bonsoir je n'avais pas courue comme ça depuis des siècles !»



Le ton n’était pas spécialement haussé, pourtant Anna sentait
une pointe d’agacement dans ces propos. Anna n’oser pas répondre, du moins elle ne savait que répondre, étant donné qu’elle n’avait compris qu’un quart de ces
mots. La jeune inconnue avait déblatéré cela à une telle vitesse, qu’Anna avait réussi à perdre le fil de sa propre traduction de texte. Elle se mordilla la lèvre et commença sa phrase par : « hmm » … Un air gêné se dessina sur son petit minois et elle poursuivit :
« Je … je suis désolée vraiment j’ai essayée, mais je veux dire, tu es trop rapide » Ses joues rougirent un peu, elle se sentait idiote et avait peur de la réaction de son interlocutrice :
« Je n’ai compris que quelques mots »
dit-elle en laissant tomber sa tête en avant. Quand elle releva la tête, elle la tourna vers la brunette afin de la regarder dans les yeux. Elle se décala ensuite discrètement, afin de s’éloigner légèrement par peur que celle-ci lui saute à la gorge. Après tout ce n’était pas sa faute, son Japonais n’était pas parfait cela s’entendait assez bien. Non pas que cette inconnue soit responsable, mais quand même…

Elle aurait pu faire le rapprochement. Dans tous son blabla
Anna avait entendu un prénom elle en conclut à une présentation et fit de même
donnant ainsi son prénom. Après quoi elle ajouta « Voilà la seule
question à laquelle je peux te répondre et encore … »
elle afficha une légère
mou et poursuivit : « je ne suis même pas sure que tu aies demandée »


Anna commença à tapoter nerveusement sur sa jambe ne se sentant
plus trop à l’aise. Elle essaya de se justifier afin qu’Anna commence à tapoter
nerveusement sur sa jambe ne se sentant plus trop à l’aise. Il n'y avait plus
personne dans cette ville mis à part cette jeune fille et Anna était en train de
s'en faire une ennemie à petit feu. Il fallait que la donne change, si elle ne
voulait pas moisir ici seule, sans personne.


Revenir en haut Aller en bas
Amy Wentworth

avatar

Féminin
► Messages : 42


Vos papiers, svp !
► Âge: 22 ans
► Amour: Ba y a personne
► Relations:

MessageSujet: Re: Encore un matin ...   Lun 26 Déc - 15:15

    Franchement, je suis idiote ou quoi ? Je venais de faire un long monologue à moi toute seul, une clope vierge à la main, alors qu'en face de moi se tenait une étrangère, qui vue sa présentation devait être fraîchement débarqué ici. Laissant, la pauvre blonde apeurée contre le mur au visage complètement dépitée totalement muette, enfin pas totalement puisque elle me fis comprendre par quelques mots simplistes qu'elle n'avait rien du tout pigée à mon langage, en bref un véritable dialogue de sourd, ou presque. La jeune interlocutrice avait réussit un piquer un fard en un temps records, une de mes habitudes, mais que je ne considère pas comme une mauvaise habitude, car je réussis les trois-quarts du temps à faire réagir mes correspondant, mais il est vrai que j'aurais préférer une autre réaction, mais que voulais vous quant on pige que dalle à une langue c'est dur de répondre à cette dernière. Heureusement pour moi elle avait tout de même les rudiments, même si son accent était à chier, mais cette différence devait faire des émus chez les garçons ou chez les femmes, bah oui les homosexuelles ça existe et encore heureux ! Un léger frétillement des lèvres chez la jeune blonde, la tête qui bascule en arrière, qui ensuite reviens à la normal, son regard qui se pose à nouveau sur moi et hop là j'ai le droit à une présentation formelle, un petit prénom Anna, encore un « A », bon et bien je pense que j'arriverais facilement à le retenir. Elle se décala discrètement sur le côté, enfin elle essaie, c'est mieux que rien, mais bon je profite de ce petit espace pour bien me caler sur mes fesses.

    Je prenais mon temps pour réfléchir à une parade, je cherchais comment me faire comprendre dans un langage simple et surtout avec un débit lent, comme une tortue, là ça devrait suffire, non ? Je profitais aussi de ce long silence, enfin non, car la ville était silencieuse, mais mon interlocutrice blonde elle ne l'était pas. Elle me rappelait mon réveil, avec son Tic-tac, tic-tac, sauf que la jeune femme remplaçait ce son incessant par un tapotement on ne peux plus nerveux sur sa jambe. Attend sa jambe, mes jambes, mes genoux ! Ils sont dans un état pas possible, plein de sang et de cochonnerie en tout genre, mais comme par miracle ma robe n'a rien, tant mieux la flemme de faire du shopping, mais que faire pour mes blessures, j'ai pas de pansement, ni quoi que se soit, la seul chose à faire c'est d'essayer de nettoyer à la main. C'est ce que je fis consciemment, mais bon sang de bonsoir ça fait mal cette saloperie, je ne dis pas ça parce que je suis douillette, mais c'est la vérité ! Quelle barbe ils resteront dans cet état, mi-propres, mi-sale, à la place je vais fumer et oui pour ne pas changer, bon la marche à suivre est simple comme bonjour. Il vous faut une cigarette et un briquet ou un truc qui donne du feu, pour moi de ce côté-là c'est bon ! Ensuite que faire des deux, c'est très simple on met la clope au bec et on l'allume, vous avez compris ? Bah voilà ce que je viens de faire, je profitais de la première bouffée, expirant un nuage de fumée énorme, accompagnée d'un long soupire. J'étais enfin prête à lui refaire mon pitch en long, en large et s'il le faut en travers, mais je vous le jure qu'elle va me comprendre cette fois ! Allez un beau sourire, j'ai dis sourire pas grimace idiote, il ne faut pas non plus que la blonde prenne peur et prend en même temps des bouffées de tabac, pourquoi ? Sa ralentira ton débit !

    « Alors premièrement je sais pas si tu as compris mon nom, mais je m’appelle Amy. Ensuite pourquoi on a, non tu m’as emmené ici ? A et aussi où on est ? C’est plus simple là, non ? »
Revenir en haut Aller en bas
Amy Wentworth

avatar

Féminin
► Messages : 42


Vos papiers, svp !
► Âge: 22 ans
► Amour: Ba y a personne
► Relations:

MessageSujet: Re: Encore un matin ...   Mer 8 Fév - 0:10

ABANDON DU RP

CAUSE : Anna quitte le forum.

Vous pouvez mettre le rp à la corbeille :)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Encore un matin ...   

Revenir en haut Aller en bas
 

Encore un matin ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» bonjour [pv Petit Matin]
» Editorial Le Matin: Pourquoi l'haitien s'autoflagelle-t-il autant?
» Yosei, l'étoile du matin
» Matin de printemps...
» La blague du soir, matin, quand vous voulez, j'm'en branle
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Meian :: 

Centre-ville

 :: Place du marché
-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit | Forums RPG | Futuristes